Parole de certifiée : Anne-Marie Vaudon, viticultrice à Echallat

Questions à Anne-Marie Vaudon dont l’exploitation à Echallat a obtenu la Certification Environnementale Cognac & HVE cette année, félicitations !

©Pierre Vaudon

Pourquoi avoir décidé de vous certifier  ? 

Je suis membre du groupe Viticulture Raisonnée de Jarnac depuis de nombreuses années, et étant situés en zone de captage d’eau, nous nous sommes mobilisés et avons innové très tôt. Quand on nous a parlé de la double certification Cognac & HVE, on n’a pas hésité. Je la trouve très engageante avec ce système collectif qui oblige à être irréprochable pour soi-même mais aussi pour les autres. C’est très motivant !

Quels bénéfices avez-vous constaté et  quels freins avez-vous rencontrés  ?  

L’administratif est la partie la plus contraignante, surtout avec des salariés. Expliquer, vérifier, c’est assez chronophage… Mais pour moi le point positif est simple, c’est l’occasion de faire un point à un instant T, sur ce qu’on a déjà fait, ce qu’on peut améliorer etc… C’est très constructif de pouvoir prendre du recul et d’évaluer la situation.

Comment valorisez-vous la double certification ?

Je la valorise sur notre page Facebook et sur l’exploitation. Nous sommes vendeurs direct, nos clients nous posent peu de questions pour l’instant, mais j’ai passé cette certification d’abord pour moi et mon exploitation avant tout, pas pour l’étiquette.

Prendre le temps d’expliquer son métier à ses voisins fait partie des bonnes pratiques du référentiel de la certification et je suis contente de l’avoir mis en place.

Depuis que je suis certifiée, j’échange beaucoup plus avec eux, et je fais bien attention à ne pas traiter le mercredi après-midi, ni le weekend.

J’ai aussi invité tous mes voisins à la distillerie. J’ai pris le temps de bien leur expliquer comment je travaillais, comment j’ai obtenu la Certification Environnementale Cognac & HVE et la prochaine étape, vu leur fort intérêt, c’est de leur montrer le matériel.

Une pratique que vous maîtrisez bien ?

L’enherbement ! L’hiver, je ne suis enherbée qu’un rang sur deux et sur 90 % de mes parcelles en Fins Bois, je ne désherbe plus depuis cette année. Le but est d’améliorer la structure de mes sols pour moins de contraintes hydriques. Je n’ai pas eu de perte de rendement depuis que je travaille comme ça. Les vignes « propres » comme disait les anciens, c’est fini, on veut plutôt des vignes « bien soignées » !

Des projets pour l’avenir  ? 

Je souhaite creuser la gestion du travail de mes vignes en coteaux ! Il y en a qui tondent, mais c’est un investissement trop lourd encore. Mon projet est de trouver des alternatives à la fois plus respectueuses de l’environnement et économiquement raisonnables…

J’ai aussi pour projet l’amélioration de mon dispositif de gestions des marcs, je souhaite anticiper d’éventuels problèmes d’odeurs gênantes qui pourraient incommoder mon voisinage.

Un dernier mot pour motiver les collègues qui pourraient se poser des questions ?  

Le passage de la double certification Cognac & HVE permet de faire un vrai bilan, de découvrir des pratiques que l’on ne connaissait pas et qui parfois peuvent permettre de gagner du temps, de faciliter de travail. Les techniciens qui nous accompagnent ont de l’expérience, ils sont de bons conseils. Il y a un esprit collectif qui est très bénéfique.