Avec le 1500ème viticulteur engagé dans la démarche Viticulture Durable Cognac début juillet –  soit plus d’un tiers des exploitations et près de la moitié des surfaces engagées-  la filière Cognac inscrit pour la première fois deux mesures agro-environnementales au cahier des charges de l’appellation et porte collectivement sa Certification Environnementale.

En novembre 2016, la filière Cognac (BNIC) lançait son Référentiel Viticulture Durable, un programme permettant de diffuser et valoriser les bonnes pratiques dans le vignoble. Après 18 mois d’existence et plus de 1500 viticulteurs engagés, la filière enclenche la deuxième phase de sa démarche avec de nouvelles dispositions :

L’environnement inscrit pour la première fois au cahier des charges de l’appellation :

À l’initiative des viticulteurs réunis au sein de l’UGVC, la filière Cognac, par l’intermédiaire de son ODG* a décidé d’inscrire au cahier des charges de l’appellation deux mesures agro-environnementales pour limiter l’utilisation du désherbage chimique :

  • l’interdiction du désherbage chimique des tournières ;
  • l’interdiction du désherbage chimique total des parcelles de vignes ; sous tous les inter-rangs, la maîtrise de la végétation étant alors assurée par des moyens mécaniques.

« Soucieux de préserver leur environnement, une grande majorité des viticulteurs du vignoble Cognac appliquent déjà ces mesures au quotidien. Il s’agit avec cette inscription au cahier des charges d’officialiser ces efforts et de les généraliser à l’ensemble des exploitants. » explique Christophe Véral, président de l’UGVC et chef de famille de la Viticulture au BNIC.

Une approche ambitieuse et collective de la Certification Environnementale Cognac

Après la mise en place du programme Référentiel Viticulture Durable comme première étape d’engagement, la filière Cognac souhaite accompagner les viticulteurs volontaires vers la Certification Environnementale Cognac.

Délivrant également la certification HVE* – permettant ainsi un statut officiel vis-à-vis des pouvoirs publics – cette certification sera enrichie d’engagements spécifiques à la filière correspondant aux bonnes pratiques existantes et à généraliser dans le vignoble comme par exemple :

  • la gestion des effluents : aucun rejet dans le milieu naturel, un système de traitement, le recyclage des vinasses (50% en méthanisation et 50% en épandage pour un apport d’engrais naturel) ;
  • la pulvérisation confinée : plus de 500 pulvérisateurs confinés vendus dans le vignoble
  • les relations avec les riverains : invitation à nouer le dialogue avec ses voisins.

Autre nouveauté, la filière Cognac sera une des premières filières viticole française à porter et accompagner une démarche de ce niveau (HVE) à l’échelle collective à travers son interprofession (BNIC).

« De nombreux viticulteurs et des maisons de négoces sont déjà engagés dans des itinéraires techniques préparant à la certification HVE de façon individuelle. L’objectif est de mettre en place une approche filière collective pour une reconnaissance officielle de l’Etat et accélérer la dynamique sur le terrainLes viticulteurs seront accompagnés par un dispositif innovant porté par l’ensemble des organisations et des entreprises de la région pour les amener progressivement vers la certification. » précise Christophe Forget, viticulteur et vice-président du BNIC.

Objectif : 100% des viticulteurs engagés dans la démarche Viticulture Durable Cognac d’ici 2021 et les premiers viticulteurs certifiés pour novembre 2018.

*ODG. : L’Organisme de Défense et de Gestion élabore et contribue à la mise en œuvre du cahier des charges du produit, les règles de production, de transformation et éventuellement de conditionnement et d’étiquetage. Il désigne un organisme, agréé par l’INAO, pour réaliser le contrôle du cahier des charges et émet un avis sur le plan de contrôle ou d’inspection élaboré avec l’organisme de contrôle.

*HVE : la certification Haute Valeur Environnementale
La certification environnementale est une démarche volontaire, accessible à toutes les filières, construite autour de quatre thématiques environnementales :

  • la protection de la biodiversité,
  • la stratégie phytosanitaire,
  • la gestion de la fertilisation,
  • la gestion de la ressource en eau.

Elle est conçue selon trois niveaux de progression environnementale.

Premier niveau :
Il correspond à la maîtrise de la réglementation environnementale et à la réalisation par l’agriculteur d’une évaluation de son exploitation au regard des cahiers des charges du niveau 2 ou du niveau 3.

Deuxième niveau :
Il certifie le respect par l’agriculteur d’un cahier des charges comportant des obligations de moyens permettant de raisonner les apports d’intrants et de limiter les fuites dans le milieu. C’est dans ce cadre que des démarches environnementales peuvent être reconnues si le niveau des exigences environnementales de leur cahier des charges et le niveau des exigences de leur système de contrôle sont jugés équivalents au dispositif de certification environnementale.

Haute Valeur Environnementale ou Troisième niveau.
Il s’appuie sur des obligations de résultats mesurées par des indicateurs de performances environnementales. Les niveaux 2 et 3 font l’objet d’une certification de l’ensemble de l’exploitation par un organisme certificateur agréé par le ministère chargé de l’agriculture. Cette certification peut se faire de manière individuelle ou dans un cadre collectif.

À ce titre, la Certification Environnementale Cognac délivrera de fait la de certification HVE.